comparateur assurance
3ème pilier
Assurances privées

3ème pilier

Le 3e pilier est une forme d’épargne individuelle destinée à améliorer votre qualité de vie à l’âge de la retraite, tout en optimisant votre fiscalité. Il se présente sous la forme de prévoyance individuelle liée (3a) et de prévoyance individuelle libre (3b).

 

Besoin d'une assurance 3ème pilier?

Demandez une offre >
 

Qu’est-ce que le 3e pilier ?

En Suisse, le système de prévoyance repose sur trois piliers. À l’heure de la retraite, chaque travailleur touche des allocations de l’AVS (1er pilier, obligatoire pour tous) et de la Prévoyance professionnelle (connue sous le nom de 2e pilier ou de LPP, obligatoire pour tous les salariés). Le 3e pilier, appelé aussi prévoyance individuelle, vient en complément de ces deux rentes. Il permet d’accumuler un capital et de recevoir des prestations à la retraite, en cas d’invalidité ou de décès.
 

À qui s’adresse le 3e pilier ?

À toutes les personnes qui exercent une activité lucrative indépendante et à tous les salariés. De manière générale, à tous ceux qui souhaitent constituer un capital pour leurs vieux jours.
 

Pourquoi le 3e pilier est-il utile

Quand le législateur a instauré ses 3 piliers, l’AVS avait pour but de couvrir les besoins vitaux, tandis que la prévoyance professionnelle devait maintenir le niveau de vie d’avant la retraite. Or, avec l’augmentation du coût de la vie et la diminution systématique des prestations, cette bonne intention est devenue une utopie.

À l’âge de la retraite, donc, la perte de revenu peut s’avérer considérable. Le plafond de l’AVS est fixé par exemple à 2320 francs ! Et les entreprises ont de plus en plus tendance à diminuer leur participation obligatoire à la LPP au minimum légal. Aussi, le manque à gagner peut facilement se monter à 40% de son ancien salaire !

Le 3e pilier est donc utile, voire indispensable, pour qui prétend avoir une meilleure qualité de vie à l’âge de la retraite. Pour les indépendants, les salariés intermittents ou les personnes sans activité lucrative, qui n’ont pas l’obligation de cotiser à la LPP, il est même vital.

 

Quelle est la différence entre 3e pilier lié (3a) et 3e pilier libre (3b) ?

Comme son nom l’indique, le 3e pilier lié présente plus de contraintes que le 3e pilier libre, mais bénéficie de déductions fiscales plus intéressantes. Le 3e pilier libre permet  en revanche de couvrir les risques de décès et d’invalidité. Le tableau ci-dessous résume les principales différences.

 

Prévoyance liée (Pilier 3a)

Prévoyance libre (Pilier 3b)

Établissements

Banques et assurances.

Assurances.

Qui ?

Pour les personnes touchant un revenu soumis à l'AVS.

Tout le monde.

Durée

Jusqu’à la retraite.

Jusqu’à 5 ans après la retraite.

Possibilité de rachat et de mise en gage

Uniquement dans le cadre des dispositions légales.

Possible en tout temps.

Libération du paiement des primes.

Oui, en assurance

Oui.

Prêt sur police

Oui selon contrat

Oui, selon contrat

Déductions fiscales

Oui. 6682 CHF pour les salariées et 33'408 (max. 20% du revenu) pour les indépendants.

Pas grand-chose. Cela dépend du canton.

Impôt sur la fortune.

Non.

Oui.

Impôt lors du versement du capital.

Oui, à taux réduit.

Non.

Bénéficiaires.

Déterminés par les dispositions légales.

Libre.

 

 

Comment faire pour ouvrir un 3e pilier?

Vous pouvez ouvrir un compte de prévoyance liée (3a) auprès d’une banque ou une compagnie d’assurances. Mais seule une assurance a la possibilité d’établir une prévoyance libre (3b).
 

Faut-il choisir la banque ou l’assurance pour constituer son 3e pilier ?

Cela dépend de votre situation et de vos objectifs. Pour schématiser, on peut dire que si vous établissez un contrat à court terme (entre 3 et 10 ans), mieux vaut choisir une banque, sinon vous perdrez de l’argent. Si vous n’avez pas besoin d’une couverture d’assurance, la solution bancaire est également la plus adaptée.

En revanche, si vous visez du long terme (plus de 25 ans) l’assurance devient plus avantageuse. En outre, elle peut aussi inclure une couverture incapacité de gain et décès et vous libère du paiement de la prime en cas d’invalidité. En outre, en cas de décès, l’assurance verse le capital contractuel (c’est-à-dire le capital que vous seriez censé toucher à l’âge de la retraite) aux héritiers, alors que l’épargne bancaire ne transmet que le capital accumulé jusqu’au jour du décès.

 

Comment savoir combien je vais avoir besoin à ma retraite ?

Tous les assureurs disposent de simulateurs pour calculer la somme idéale à épargner pour votre retraite, à partir de votre âge, de la date de début du contrat et de vos revenus.
 

Quels types de produits existe-t-il pour le 3e pilier ?

Il en existe beaucoup et c’est souvent difficile de s’y retrouver. Il existe des comptes épargne simples, des comptes liés à des fonds d’investissement, des polices avec intérêt fixe, des polices liées à des fonds d’investissements et des assurances de risque. Billiga vous aide à y voir plus clair et à trouver l’offre la mieux adaptée à vos besoins.

Sachez que le rendement de votre prévoyance varie en fonction du risque que vous êtes prêt à encourir : plus le risque est élevé (en général avec un placement comportant une bonne part d’actions), plus important est le rendement. À noter que la plupart des polices offrent un capital garanti. En d’autres termes, vous avez la certitude de retrouver au moins tout l’argent économisé à l’issue du contrat.
 

Le 3e pilier est-il déductible des impôts ?

Oui, et c’est l’un de ses avantages. On parle alors d’optimisation fiscale. Les assureurs ne manquent d’ailleurs jamais de marteler que le 3e pilier permet d’économiser des impôts, mais l’économie est uniquement pertinente avec le 3e pilier lié (3a) : les cotisations ne sont pas imposées jusqu’à 6682 francs pour les personnes affiliés à une caisse de pensions, 20% du revenu pour les indépendants (mais 33 408 francs au maximum).

Pour le 3e pilier libre (3b), le montant maximal des déductions – beaucoup plus faible – dépend de chaque canton. Mais attention : la prévoyance liée 3a sera soumise à l’impôt au moment du retrait du capital épargné, tandis que la prévoyance libre en sera exempte. En revanche, cette dernière entre dans le calcul de l’impôt sur la fortune.

 

Quel est l’intérêt de contracter une prévoyance liée, sachant que la libre est beaucoup plus souple ?

Le principal intérêt, c’est que vous pouvez déduire vos apports des impôts, à concurrence du montant maximal fixé par la loi. L’autre avantage, c’est que vous décidez vous-même du montant à épargner, particulièrement intéressant si vous n’avez pas de revenus stables.
 

Les intérêts sur mon capital sont-ils fixés d’avance et garantis ?

Cela dépend de votre contrat. Dans la prévoyance 3a réalisée avec une institution bancaire, le taux d’intérêt fluctue et n’est pas garanti. Avec une assurance, en revanche, il existe un taux maximal garanti : le taux technique, fixé par la FINMA. En d’autres termes, il s’agit des intérêts qu’une compagnie est en mesure de garantir légalement à ses clients. À partir du 1er juillet 2012, il sera de 1,5%.
 

Avec une prévoyance individuelle, vais-je gagner plus d’argent qu’avec un placement traditionnel ?

Oui. Les taux d’intérêt d’une prévoyance individuelle sont plus élevés que ceux d’un compte épargne.
 

Puis-je fixer moi-même le montant de la prime annuelle à payer ?

Tout à fait. En fonction de vos objectifs à atteindre, une prime est calculée automatiquement. Si celle-ci vous paraît trop élevée, vous pouvez la diminuer en fixant des objectifs moins élevés. Dans la prévoyance liée réalisée avec une banque, vous pouvez déterminer vous-même le montant de vos versements. Il n’y a pas de montant minimum, ni maximum.
 

Puis-je retirer le capital accumulé de mon 3e pilier avant l’échéance, si j’ai un urgent besoin de fonds ?

Oui, si vous vous mettez à votre compte, si vous prévoyez d’acquérir un logement ou si vous quittez la Suisse, notamment.